Souvenirs de toi

Quelques notes griffonnées il y a environ un an, au détour de quelques souvenirs de toi.

J’ai encore plein de souvenirs de toi. Nous étions beaux sur ce coin de verdure, à regarder passer les nuages. Nous étions beaux au bord du lac d’Annecy, lorsque nous regardions ce défilé de canards à fière allure. Nous étions beaux lorsque, dans notre tentative de rejoindre le soleil, la lune et les étoiles, nous glissions l’un dans l’autre. Tous ces instants de « nous » que je garde en mémoire, je les chéris pareillement.

Christian Bobin écrit : « le présent accompli ne me laisse aucune trace ».

Je ne peux qu’approuver. Nos disputes sincères et vraies – oubliées. Nos sourires échangés à la lumière – envolés. Nos peines passagères et partagées – évaporées.

Peut-être que ce qu’il me reste encore de nous, ce sont les instants fabuleux à l’arrière-goût d’inachevé, les espérances fébriles d’un futur à deux. Le reste n’a pas laissé de traces visibles. Le reste, c’est un bouquet de caresses sur la peau de nos vies. Le reste – tous ces échanges muets ou manifestes, cet amour que nous nous offrions l’un et l’autre – m’a transformé, sans que je sache dire en quoi. Aujourd’hui encore, tu fais partie de moi.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *