L’ouragan soufflera ce qui dort

Un poème que j'ai longuement hésité à classer dans les archives... Qu'en pensez-vous ?

Les temps glacés tombent de ne plus mourir
A l’heure des astres fous et des printemps asséchés ;
Tout se dérègle, même le pire empire
Et l’horloge truquée se rompra sur nos têtes.

Alors,
L’ouragan soufflera ce qui dort,
L’oeil Sacré s’ouvrira, chasse l’illusion !
Nulle perdition ! Car le néant n’est qu’un pont
Qui reçoit, se déploie, que l’on traverse chaque nuit
Pour vivre encore.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

2 commentaires à la suite de la publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *