Déchirement

Un partage intime et froid. Une nuée de corbeaux. Sourire moqueur et carnassier. "Je crie aux horizons qui se sont levés sans moi."

Le cœur qui se déchire, dévoré par l’appétit vorace d’une nuée de corbeaux, je crie dans mon silence. Je crie à la traîtrise, je crie à l’abandon ; je crie aux horizons qui se sont levés sans moi.

Je me sens comme un de ces gamins naïfs et innocents qui vient de passer une demi-journée sur son château de cartes. Pas tout n’est parfait, il est instable par endroits, mais il en est fier. Si fier qu’il se voit déjà le montrer, achevé, à ceux qui l’aiment. Il l’a construit, il veut maintenant le chanter. Et soudain, le vent vient balayer son oeuvre et lui rire au nez. OK, elle était perfectible ; mais c’était la sienne. Il l’avait construite, il y avait mis toute son âme ; et son acte de créer lui avait prouvé sa valeur… pour que finalement, la vie n’en laisse que des débris morcelés à l’arrière-goût amer.

C’est sûr, certains viendront me dire que si le vent l’a brisé, c’est pour faire de la place à une nouvelle oeuvre, pour qu’émergent le naissant et l’inédit. Mais allez dire ça à l’enfant ! Le môme y chiale, comme moi ! Y chiale de voir ses efforts réduits à néant ! Y chiale de devoir toujours recommencer, sur les ruines des espoirs passés ! Y chiale d’incompréhension, parce qu’y pige pas pourquoi la vie lui a craché dessus en l’envoyant chier, sans empathie et sans raison !

Alors, dans le cadavre de son édifice désuet, il pioche une carte et, avec ce fragment de réussite inachevée, il s’ouvre en deux. Pour que les corbeaux qui le dévoraient puissent s’enfuir enfin. Pour que toute cette noirceur et toute cette colère, qui l’ont vidé jusqu’à sa dernière goutte de sang, s’en aillent répandre ailleurs la mort de l’Être.

Alors que son oeuvre n’était pas encore tout à fait née, l’enfant est mort. Inachevé.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *