Accalmie

Un poème. Un fil tendu. Stupeur et accalmie.

Le fil tendu, serments perdus
Futurs pendus, temps suspendus
Je suis, j’attends ; et ma pause prêtant
Les serrements à la chance
Je suis les routes brumeuses, j’erre et je tends
À n’être rien. Et l’illusion qui m’apparut
Dans mon néant, mon absolu
S’estompe peu à peu, devient bruissement, devient glissement…

Esclave des temps passés, du révolu,
Je suis le serf des maux stagnants ;
Et le serf ment.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *