Cœur en creux

"Je suis comme imbibé de cette absence que je connais pour n'être pas grand chose, qui ne me fait plus rien, sinon ce vide quotidien qui s’ankylose."

Les fleurs que j’avais cueillies dans la salle à manger ont fané. Plus d’épiphanie, juste quelques phasmes désorientés par le phare de ces pores qu’un rien traverse – et ta distance, so far away.

Je suis comme imbibé de cette absence que je connais pour n’être pas grand chose, qui ne me fait plus rien, sinon ce vide quotidien qui s’ankylose.

À l’horizon, quelques fétus de paille ont pris feu – deux-trois couleurs criardes pour un avenir sans vœu. Il ne manque rien sinon toi, pourtant tout est à combler.

C’est dans ces moments d’étrangeté que vos orangeraies me font défaut – et les effluves imaginaires qui naviguent à leur côté.
Je rêve à des rêves éclairés.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *