Lorsque les mots se suivent

Ayant un rythme très différent de mes autres poèmes, cet écrit assez court raconte schématiquement le périple d'une renaissance. Écriture automatique, comme souvent.

Blasphème. La fleur se fane, l’œuf se brise ;
Le vent se lève et souffle la brise.
Mort de toute chose. Le temps s’arrête.
S’amorce dans l’Obscur le désert de l’Être.
Mais les mensonges sont des songes
Qui dans les ténèbres rongent
L’Âme.
La Flamme.
Brûle l’avenir,
Se fige le passé, s’érige le présent !
Et débute la Sonate des mémoires d’antan
Qui ravive les souvenirs, les ombres fait reluire,
Et tourne les regards vers d’intérieurs lendemains
Où la noirceur s’efface devant le Cœur, l’Humain.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

2 commentaires à la suite de la publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *