Notes à moi-même – 08

"Je veux écrire sur ça : mon rapport aux fleurs coupées, ou plutôt : cueillies."

Je veux écrire sur ça : mon rapport aux fleurs coupées, ou plutôt : cueillies. Depuis quelques mois, elles éclairent un peu mon quotidien : chez moi, dans un vase, elles viennent me nourrir. Des fleurs pour m’aider. Je sais qu’il y a des gens que cela dérange de voir des « fleurs coupées » – coupées de quoi, c’est une autre question, si rien n’est séparé. Quelque part, je les comprends : ces fleurs sont dérobées à la nature pour venir remplir un peu de notre vide. Tout au monde a cette même fonction. Tous, on remplit le vide : les plus sages d’entre nous le font avec un peu de lumière ou quelques graines germées. Moi, je le fais aussi avec ces fleurs-là.

Cueillir une fleur, ce n’est pas pire que de manger quelques clémentines avant que le temps ne les égratigne. On la met dans un vase pour qu’elle vienne partager un peu de son sourire avant de mourir. La dernière que j’ai cueillie s’appelait Progrès. Une fleur violette pouffant de grâce et de simplicité. Deux jours plus tard, de la tige orpheline, un nouveau bourgeon avait éclos. Un troisième a suivi. Comme si, même coupée de ses racines, la plante poursuivait ses prières.

Ce qui me fascine chez les fleurs, c’est ça : une éclatante vulnérabilité, qui teinte de couleurs inédites ce qui vient les effleurer du regard, les contempler. Un amour absolu car fragile et délicat, un amour qui se donne sans retenue – juste « comme ça », par pure bonté. Toutes pétales ouvertes, comme pour enlacer celui qui, par hasard ou par miracle, les a vues.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *