Ce que le célib’ atterre

Un poème aux vers courts, qui quitte mes habitudes mais qu'il m'a plu d'écrire !

L’avenir nous prend la main
Et les nuages s’en vont
Lorsque, célibataires,
Les éclats libertaires
Viennent se saisir de l’Horizon
Pour l’offrir à l’incertain.

Puis les doutes assassins
Oppressent l’oraison,
Puisque le célibat terre
L’espoir que l’on fait taire
Dans l’ombre des tachyons
Aux heures de l’inhumain.

Alors la vie m’enserre ; et dans sa caresse, enfin !
J’ai touché le fond.

 
Ça y est, c’est bon ; je suis célib’ à terre,
Les guibolles fléchies, prêtes à fendre l’air
Pour que, vertical sur mon axe de Lumière,
Je puisse m’envoler avec l’élan du Cœur.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

3 commentaires à la suite de la publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *