Émergence 2

"Quelle est ta plus grande peur ? — C'est moi."

« Quelle est ta plus grande peur ?
— C’est moi. »

Je n’ai pas changé d’un pli. J’ai peur de vivre ; parce que c’est dur, parce que c’est long ; parce qu’il y a une obscurité au-dedans qui engloutit tout le reste. Et les spectres tournoient autour du feu qui crépite ; et la danse macabre, et la course-poursuite : les fantômes et les hurlements s’en remettent à la nuit pour que l’ombre domine. Pourtant, les flammes flamboient, plus vives encore ; et, sous leurs artifices, les ténèbres endiablées se meuvent au rythme des battements.

C’est un combat permanent, c’est une lutte éternelle. À moins que le Soleil ne se lève ; ou que les nuages ne déversent en vomissant leurs fraîcheurs humides… Et que des braises il ne reste que des cendres délavées ; la terre fertilisée de mes soupirs passés.

Là où plus rien ne pousse, émergence.
Si seulement.

Depuis mon enfance, j'aime écrire, dessiner, peindre et créer ; ma rencontre avec la poésie est, quant à elle, plus récente. Depuis, c'est une véritable partenaire de vie qui épouse une multiplicité de formes successives et se renouvelle sans cesse : tantôt exutoire ou partenaire d'expression, vectrice de mes odes à la joie et compagne de mes aspirations, la poésie sait m'écouter. Et si ces quelques mots n'ont pas suffi à satisfaire votre curiosité, c'est par ici que ça se passe !

3 commentaires à la suite de la publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *